PSG-OM : après Manchester, Paris doit bien cela à ses supporters – Ligue 1

15

Chafouins après l’humiliation face à Manchester, les Ultras parisiens n’attendent rien d’autre qu’une victoire face à l’ennemi marseillais ce dimanche (21h).

Quel accueil pour le PSG ce dimanche, au Parc des Princes ? Probablement assez frisquet… Moins de dix jours après leur débâcle européenne contre l’équipe B de Manchester United (1-3), les joueurs de Thomas Tuchel vont en effet, si l’on en croit RMC, devoir composer avec une «opération tribunes vides» décrétée par le Collectif Ultras Paris, et une grève des encouragements pendant les 30 premières minutes du Classique. Et nos confrères d’ajouter : «L’opération, devrait être accompagnée de messages à l’attention des joueurs et des dirigeants.» Pas de tifo pour ce match, ainsi que l’ont rapporté diverses sources depuis plusieurs jours maintenant. «Nous n’accepterons plus que vous salissiez nos couleurs et l’honneur de notre ville de la sorte !», lançaient les membres du CUP dans un communiqué au vitriol, juste après la C1 et avant de faire la démonstration de leur colère lors du premier entraînement après MU, dimanche dernier, au Parc. Après les belles paroles des uns et des autres, ils attendent des actes. Et notamment face à Marseille, l’ennemi intime. Ce n’est toutefois pas pour autant qu’un succès serait synonyme de réconciliation. «On n’a jamais prétendu tourner la page en cas de victoire contre Marseille, ce serait bien trop facile ! Juste que la situation risque de s’aggraver en cas de nouvelle contre-performance dimanche prochain !», grince le CUP en réponse à un message sur Twitter.

» LIRE AUSSI – Tuchel montre les crocs avant PSG-OM
» LIRE AUSSILes Marseillais jouent avec le feu avant le Classique  

En résumé, Kylian Mbappé, Marco Verratti, Marquinhos et compagnie feraient bien de ne pas se prendre les pieds dans le tapis dans ce match, sous peine de connaitre ce que les Marseillais ne maîtrisent que trop bien… A savoir un stade qui joue contre son équipe. C’était le cas il n’y a pas si longtemps encore au Vélodrome, avant l’embellie de ces dernières semaines. Un volcan prêt à s’embraser à la moindre incartade de ses joueurs fétiches… «Je ne sais pas comment le Parc des Princes va se comporter. Mais on est bien placé pour savoir que jouer dans un stade acquis à la cause de l’adversaire, c’est très compliqué, note Rudi Garcia. Ça vous met dans des conditions difficiles.» Et Dimitri Payet d’ajouter : «Qui mieux que nous pour savoir que jouer dans un stade qui gronde, qui est contre son équipe, c’est très compliqué… Ça peut faire partie des points qui peuvent jouer en notre faveur. Après, ce sont des joueurs qui ont l’habitude de cela et qui pourront en faire abstraction, mais c’est vrai qu’il vaut mieux ça que d’avoir le public derrière l’équipe.»

«Les supporters sont tristes, en colère, déçus, mais nous sommes les plus tristes, les plus déçus»

Thomas Tuchel

Cela peut paraître étonnant quand on sait que Paris affiche un total record de 74 points après 27 matches, avec 17 longueurs d’avance sur son dauphin lillois (29 matches). Paris qui n’a perdu qu’un seul de ses 56 derniers matches à domicile en Ligue 1 (48 victoires, 7 nuls) et reste sur 14 victoires d’affilée dans son antre en championnat, soit la meilleure série en cours dans les cinq grands championnats. Mais cette grogne démontre bien toute l’importance de la Ligue des champions dans le régime alimentaire du PSG. Surtout, on ne parle pas là d’élimination, mais d’humiliation… Le tout deux ans après la remontada face au FC Barcelone, avec les mêmes excuses à l’arrivée, les mêmes erreurs qui n’en finissent plus de se reproduire et pas de solution qui saute aux yeux. 

«On a fait beaucoup de bonnes choses devant nos supporters, c’est une très bonne saison pour nous, martèle Thomas Tuchel, bien décidé à défendre ses joueurs contre vents et marées. On a connu une défaite contre Manchester, c’est très triste pour nous et nos supporters. C’est clair. On peut comprendre (leur déception)… En même temps, si on peut gagner demain (ce dimanche), ça ne changera pas le fait qu’on ne jouera pas les quarts de la Ligue des champions… On joue pour gagner tous les matches dans un club comme le PSG. Un match contre l’OM, c’est très important, un grand match, spécial. On le sait. Mais on reste calme. A mon avis on est prêt.» Et le coach bavarois de poursuivre, au sujet de la grève des encouragements évoquée pour le match de ce dimanche : «Je sais qu’ils sont tristes, en colère, déçus, je le sais. Mais nous sommes les plus tristes, les plus déçus. On a besoin de nos supportes. On a parlé (avec les supporters) et à mon avis, ce n’est pas mérité et ça n’aide pas. On sait qu’ils sont déçus. Ce n’est pas n’est pas nécessaire de nous le montrer encore et encore, on a compris. J’espère qu’ils changeront d’avis et pousseront dès la première minute.» Pas sûr que le message de coach Tuchel sera entendu…



Source Article : Lire l’article complet

risus. leo. fringilla eleifend massa ut Curabitur elit.