Ligue 1 : Bordeaux met fin à la série de victoires du PSG – Foot

30

Le match : 1-1

L’histoire retiendra donc que la série historique du PSG, vainqueur de ses 14 premiers matches de la saison en Championnat, a pris fin sur la pelouse de Bordeaux (2-2). Deux fois, le PSG a mené dans cette rencontre. Deux fois, les Girondins, à force de coeur et de courage, ont su revenir au score. Dans un match riche en occasions et en rebondissements, les joueurs d’Éric Bedouet ont pu lever les bras au coup de sifflet final, fiers de leur exploit.

Aligné dans un onze légèrement remanié au Matmut Atlantique, le PSG a pourtant cru pouvoir enchaîner un quinzième succès de rang. Après avoir su faire le dos rond en début de rencontre, les joueurs de Thomas Tuchel ont pris les devants par Neymar à la demi-heure de jeu, et la fin de première période jouée en accéléré par les Parisiens (voir ci-dessous) ne laissait pas augurer une telle issue. Mais les Bordelais ont définitivement lâché le frein à main après la pause.

Si Mbappé a répondu à l’égalisation de Briand (1-1, 53e), en permettant au PSG de reprendre l’avantage sur un tir plein de sang-froid après une ouverture parfaite de Draxler (2-1, 66e), le club aquitain a continué de repousser l’idée de la défaite. Et c’est Cornelius, encore efficace en supersub comme à Lyon (1-1), qui a offert le point du nul à Bordeaux, grâce à une tête sur laquelle Areola n’est pas irréprochable (2-2, 84e).

Si ce nul ne remet pas en cause la domination absolue du PSG dans ce Championnat, le club parisien peut s’inquiéter pour une autre raison, avec la sortie sur blessure de Neymar (voir ci-dessous). Pour Bordeaux, la semaine est presque parfaite : vainqueur du Slavia Prague jeudi (2-0), le club aquitain demeure en lice pour la qualification en C3. Et ce dimanche, il a prouvé qu’il savait lutter contre les plus forts.

Marco Verratti : «C’est bien aussi les matches comme ça»

Le joueur : Neymar, de la perfection à l’inquiétude

Jusqu’à la 50e minute de la rencontre face à Bordeaux, Neymar avait vécu une semaine parfaite. Recruté pour se montrer décisif dans les grands rendez-vous, l’attaquant avait brillé et marqué face à Liverpool (2-1), dans un match si important pour l’avenir du club en Ligue des champions. Aligné ce dimanche, l’international brésilien avait récidivé face aux Girondins en première période. Auteur une nouvelle fois de 45 premières minutes de haute volée, l’ex du Barça a en effet ouvert le score d’une reprise parfaite sur un centre de Daniel Alves, dont c’était la première titularisation de la saison (1-0, 34e). Si l’attente, liée à la validation du but par le VAR, s’est montrée interminable, le Brésilien a pu savourer ce but, qui l’a fait entrer un peu plus dans l’histoire.

Dangereux par ses prises de balle, Neymar aurait également pu bénéficier d’un penalty pour une faute de Koundé, dans la foulée d’un grand numéro dans la surface (45e+3). Tout allait pour le mieux. Et puis, au retour des vestiaires, l’attaquant s’est tenu l’adducteur droit, le même que celui qui avait été touché face au Cameroun (1-0, le 20 novembre).

Remplacé à la 57e minute par Choupo-Moting, Neymar est-il sorti par précaution ? Ou risque-t-il d’être absent plusieurs jours et de manquer le déplacement si vital à l’Étoile Rouge Belgrade ? Quelques instants après, Mbappé s’effondrait dans la foulée de son but (2-1, 66e). Victime de crampe, l’international français a pu terminer la rencontre, que n’a pas du tout jouée Edinson Cavani, laissé sur le banc.

Les tournants : les poteaux de Di Maria, le penalty refusé à Neymar

On joue la fin de la première période, le PSG mène 1-0 et appuie sur l’accélérateur alors que les secondes s’égrènent dans le temps additionnel. Coup sur coup, les champions de France ont l’occasion de doubler la mise sur la même action. Servi en retrait par Bernat, Di Maria voit son tir repoussé par le montant gauche de Costil (45e+3). L’action se poursuit et le ballon parvient dans la surface à Neymar, qui réalise un grand numéro de soliste, à base de contrôle et de dribbles. Déstabilisé dans sa course par Koundé, l’international brésilien se retrouve à terre, et lève les bras au ciel pour réclamer un penalty.

Celui ne sera jamais sifflé par l’arbitre alors que le geste du défenseur semblait plus que litigieux. Poteau, penalty refusé, le PSG a laissé passer une première fois sa chance de creuser un écart qui se serait, sans doute, montré décisif juste avant la pause. Car, en seconde période, il a eu une nouvelle fois l’occasion de mener par deux buts d’écarts. Mais Di Maria a encore vu sa frappe heurter un montant, la barre (71e), alors que le PSG avait repris les devants. Mais il était dit que ce ne serait pas le jour de l’Argentin, ni du PSG.

0/6
Bordeaux n’a gagné aucun de ses six derniers matches en L1 (3 nuls, 3 défaites). Une série qui fait rétrograder les Girondins à la 11e place, dans le ventre mou du Championnat.


Sébastien Buron



Source Article : Lire l’article complet

mattis Aenean sed elit. risus id accumsan