Le retour de Kappa, un vent frais venu des années 90

46

Ce mercredi 27 février 2019, la marque italienne Kappa a fait savoir, par le biais d’un teaser sur son compte twitter, qu’elle équiperait l’AS Monaco pour les six prochaines saisons. Un come-back qui ravira les nostalgiques, après un premier passage remarqué sur le Rocher, de 1998 à 2001, avec un titre de champion de France à la clé. Kappa succède à Nike, sponsor du club de la principauté depuis 2014.

La marque aux deux silhouettes adossées, qui porte le nom de Kappa depuis 1967, a un riche passé avec le football. Kappa avait été le premier équipementier italien à faire son entrée dans le sponsoring sportif, en 1978 avec la prestigieuse Juventus Turin, avant de signer avec son éternel rival l’AC Milan en 1989. Durant cette décennie, Kappa met aussi la main sur la Roma ou encore l’Ajax d’Amsterdam du grand Johan Cruyff.

Les années 90 sont également fructueuses puisque Kappa s’associe au FC Barcelone de Ronaldo en 1997, devient l’équipementier de l’AS Monaco des jeunes Henry et Trezeguet, puis remporte l’appel d’offres de la Fédération Italienne de Football en 1999 et crée les premiers maillots moulants et extensibles de la Squadra Azzura.

Pourtant, malgré l’ADN football de l’enseigne transalpine, celle-ci ne possède plus qu’un club de Ligue 1 (Angers SCO) et très peu d’équipes de renoms du football européen, mis à part Naples.

Mais le rachat du distributeur français, Sport Finance, de la marque Kappa par son homologue italien, Basic Italia, en janvier 2019, à hauteur de 61 % de ses parts, redonne du poids à la firme italienne. Un regain de forme tout de suite affiché avec l’obtention de l’AS Monaco. « Nous pouvons maintenant nous permettre une ambition supérieure, matérialisée par notre partenariat avec l’ASM, et cela va se prolonger avec d’autres partenariats à l’avenir », nous confie François-Xavier Chupin, le directeur de Kappa France.

Sport Finance, qui a réalisé un chiffre d’affaires de 60 millions d’euros en 2018, pourrait en effet, en devenant Kappa Europe, voir doubler celui-ci dans les cinq ans, et donc posséder une plus grande latitude pour investir de nouveau dans le football.

Cependant pour Pierre Rondeau, économiste du sport, cette signature avec l’AS Monaco est avant tout un pari pour Kappa : « Monaco ne va très certainement pas se qualifier en Coupe d’Europe, et n’est ni assuré de se maintenir en Ligue 1, ni de conserver un joueur comme Falcao, qui a une forte aura en Amérique du Sud. La marque mise sur une revalorisation de la Ligue 1, de potentielles épopées européennes comme le club en a connu ces vingt dernières années, ainsi que sur l’arrivée de joueurs capables d’exporter la marque Kappa à l’international. »

Radamel Falcao arrive sur le Rocher en juillet 2013. (Golesi Felix/Presse Sports)
Radamel Falcao arrive sur le Rocher en juillet 2013. (Golesi Felix/Presse Sports)

Ce contrat avec l’ASM, pourrait en fait être la première pierre d’une reconstruction plus importante encore, annonce François-Xavier Chupin : « Le football est l’ADN de la marque et son origine. Nous avons laissé les équipementiers majeurs prendre une position dominante, maintenant nous souhaitons revenir avec force. Nous avons Naples, le Bétis Séville, Leeds United et nous négocions avec des clubs anglais à très forte visibilité. »

Reste à savoir si Kappa va devoir miser sur des clubs à fort potentiel, en espérant des retours importants sur investissement, ou si la marque pourra tout de suite atteindre le gratin européen. « Quand on regarde la tarification du marché du top 10 européen, Kappa n’a pas les moyens. Des clubs comme City, le Real ou le PSG visent des contrats entre 70 et 80 millions d’euros. », avance Pierre Rondeau.

Pour se relancer, Kappa imagine également se servir de son lustre d’antan pour proposer des gammes streetwear faisant appel à la nostalgie des passionnés de football des années 1980 à 2000, en y apportant un design contemporain. « Nous avons la volonté d’être associés à des équipes avec une forte visibilité mais qui ont aussi un potentiel mode, premium et street. Monaco fait partie de ces clubs-là. », poursuit François-Xavier Chupin. L’acquisition de l’AS Monaco par Kappa, pourrait donc signer à la fois le retour de la marque italienne sur les terrains de football mais aussi dans l’univers de la mode.


Augustin Delaporte



Source Article : Lire l’article complet

quis, elit. porta. felis neque. diam nec