Julien Stéphan (Rennes) : « Il y a de la joie, pas d’excitation » avant de recevoir Arsenal en Ligue Europa – Foot – Ligue Europa

43


Foot


Ligue Europa


Rennes

Publié le
| Mis à jour le

L’entraîneur du Stade Rennais a affiché sa sérénité en conférence de presse ce mercredi, à la veille de voir son équipe recevoir Arsenal en huitièmes de finale aller de la Ligue Europa.

Football - Ligue Europa - Julien Stéphan, lors du match nul de Rennes contre Séville (3-3). ( A. Mounic/ L'Équipe)

Julien Stéphan, lors du match nul de Rennes contre Séville (3-3). ( A. Mounic/ L’Équipe)

« Après la qualification face au Betis Séville, avez-vous le sentiment d’être lancé dans une épopée ?
Ça commence à y ressembler en tout cas. La sortie de la phase de poules était une première étape. Ça s’est poursuivi avec l’élimination du Betis. Oui, c’est le début d’une épopée. C’est un autre morceau qui arrive et un plus gros morceau qu’au tour précédent. Arsenal, c’est un grand club, avec un passé prestigieux et de la qualité dans toutes les lignes. Sur notre route se trouve une équipe de grande qualité.

Comment se trouve le groupe, quel est son état d’excitation ?
Ça s’est passé en deux phases. La fin de la semaine dernière a permis à ceux qui avaient beaucoup joué ces dernières semaines de couper un peu, et pour les autres de compenser le manque de charge de travail avec un match en réserve. On s’est tous retrouvés lundi à l’entraînement et on a commencé la préparation de façon plus spécifique avant-hier. Il y a de la joie, pas d’excitation. Il y a de la mesure. Il y a forcément de la concentration, de l’ambition et beaucoup de plaisir dans la préparation. La notion de plaisir, c’est un vecteur essentiel quand on prépare ce genre de matches pour aborder les choses de la meilleure manière.

Comment percevez-vous cet engouement qui est monté ces derniers jours ?
On le perçoit de manière très positive. Ça nous permet de rentrer dans une mission supplémentaire aussi : celle de contenter tous ces gens qui nous suivent, pour certains qui ont fait des efforts incroyables pour avoir leur place au match, avec une nuit passée devant le Roazhon Park. Pour ces gens-là, on se doit de faire le plus grand match possible pour les remercier de leur investissement et de leur fidélité.

« La qualification est historique. C’est un match particulier »

Par rapport à l’histoire du club, comment qualifierez-vous ce match ?
La qualification est historique. C’est un match particulier, c’est un match à part, parce que c’est un 8e de finale de Ligue Europa et parce que c’est contre un club prestigieux.

Quelles sont les caractéristiques d’Arsenal que vous redoutez ?
C’est une équipe très flexible et très modulable sur le plan tactique : elle peut jouer en 4-2-3-1 ou en 3-4-3. On n’a pas une lecture très précise de ce qui va se passer. On doit se préparer à ça, même à ce qu’il y ait des changements pendant le match. Il y a des internationaux à tous les postes, avec des possibilités de rotation. C’est une équipe de grande qualité qui est de plus en plus dense et intense sur le plan défensif. Contre Tottenham (1-1), ce week-end, ils n’ont quasiment rien concédé. Ils auraient pu, ils auraient dû remporter ce match. Vous stigmatisez peut-être le fait que, derrière, il pouvait y avoir de la place ; il y en a quand même de moins en moins. C’est une équipe très, très solide.

Adrien Hunou a marqué lors des deux matches contre le Betis. Comment est-il ?
C’est un enfant du club. Il a été formé au club. C’est quelqu’un d’extrêmement généreux dans la vie et sur le terrain. Il fait beaucoup de courses, il fait beaucoup d’appels, il libère beaucoup d’espaces. Il est présent dans la surface de réparation, et il sent bien les coups. Il a en plus cette capacité à jouer à différents postes. Il met des buts décisifs. J’espère que ça va continuer pour lui.

Comment va Mehdi Zeffane et comment allez-vous gérer les suspendus d’Hamari Traoré et Mbaye Niang ?
On a suffisamment de ressources dans l’effectif pour pallier ce genre d’événement. On le regrette d’abord pour eux, qu’ils ne puissent pas vivre ce genre d’événement à domicile. Et ils ont été très impactants lors des derniers résultats. Une option, c’est de pouvoir remplacer Hamari par Mehdi, c’est son remplaçant le plus naturel. Il a eu quelques soucis ces derniers jours, il est sorti avec une gêne musculaire face à Marseille. Il est en phase de reprise. On prendra une décision à l’issue de la séance de cet après-midi, et si on doit activer un autre plan, on l’activera.

« C’est le Stade Rennais contre Arsenal, ce n’est pas Hatem Ben Arfa contre Unai Emery »

Pour Hatem Ben Arfa, ce seront les retrouvailles avec Unai Emery. Avez-vous parlé avec lui de ça pour ne pas qu’il soit trop revanchard ?
Non, pas du tout. C’est du passé tout ça. Hatem a beaucoup d’expérience, il va être capable de gérer ça de manière très intelligente. On n’a pas eu besoin de parler de ça. On a bien d’autres problématiques à régler…

L’orgueil d’un grand joueur, ça peut quand même jouer…
C’est le Stade Rennais contre Arsenal, ce n’est pas Hatem Ben Arfa contre Unai Emery. Ce sont deux clubs qui vont s’affronter. Il y a des champions dans les deux équipes et les champions répondent toujours présents dans ces matches-là. Je suis sûr qu’Hatem va faire un gros match demain.

Petr Cech revient demain à Rennes. Quelle image avez-vous de lui ?
Celle d’un grand gardien, d’un grand professionnel, qui a réussi ici malgré son jeune âge et dans un laps de temps très court (deux saisons), à laisser une trace indélébile. Il n’y a qu’un mot pour résumer sa carrière : c’est respect. Il y a énormément de respect pour ce qu’il a fait, pour ce qu’il a produit, et surtout pour ce qu’il représente. »


A. M. L., à Rennes



Source Article : Lire l’article complet

quis lectus commodo felis fringilla venenatis, odio Aliquam in mattis risus. adipiscing