Brésil : Daniel Alves (PSG) veut « se battre pour aller à la Coupe du monde 2022 » – Foot

48


Foot


BRE

Publié le

À 35 ans, le Brésilien du PSG Daniel Alves veut « se battre pour aller au Mondial 2022 » au Qatar et rêve de terminer sa carrière sur un titre de champion du monde.

Football - Football - Triple vainqueur de la Ligue des champions avec le Barça, Daniel Alves a toujours faim de titres. ( S. Stacpoole/Offside/Presse Sports)

Triple vainqueur de la Ligue des champions avec le Barça, Daniel Alves a toujours faim de titres. ( S. Stacpoole/Offside/Presse Sports)

Ne parlez pas de retraite à Daniel Alves. À 35 ans, l’international brésilien du PSG (107 sélections, 7 buts), qui disputera ce mercredi, le 8e de finale retour de Ligue des champions face à Manchester United, a encore faim de titres. Victime d’une grave blessure au genou droit lors de la finale de la Coupe de France 2018 remportée par le PSG (2-0) face aux Herbiers (N), le Brésilien avait dû faire une croix sur le Mondial en Russie. « Mon objectif est de me battre pour aller à la Coupe du monde en 2022, assure Daniel Alves, qui rêve d’achever sa carrière en brandissant la Coupe du monde, seul titre qui manque à son riche palmarès (38 trophées !). Existe-t-il quelque chose de mieux ? Même (Zinédine) Zidane n’a pas pu le faire ! »

En 2002, le Brésilien aura alors 39 ans. Inoxydable, il ne se « met pas de date d’expiration ». Repositionné au milieu de terrain au PSG, Daniel Alves apprécie le choix tactique de Thomas Tuchel. « Il utilise un peu plus mon intelligence pour lire le jeu que mon physique. Au milieu […], je peux corriger un mouvement mal effectué par un coéquipier, penser plus vite. Les gens du staff sont très intelligents et savent que plus je suis impliqué dans le jeu, plus je peux augmenter le niveau de l’équipe. Je peux inciter mes coéquipiers à faire le pressing, à courir, à se battre… »

Alors que son contrat arrive à échéance en fin de saison, Daniel Alves, qui a déjà eu un premier rendez-vous avec les dirigeants parisiens sur la base d’une prolongation de deux ans, espère poursuivre l’aventure. « Cela ne dépend pas de moi ! Si cela dépendait de moi, bien sûr que oui. […] C’est moi qui déciderai quand je vais arrêter. Si tu es discipliné, travailleur, tu vas durer autant que tu le souhaites. Tu préfères être une voiture commerciale ou viser le “high level” ? Moi je choisis le “high level” ! Comme on dit, plus c’est vieux, plus c’est cher ! C’est tout moi ça. »


Avec AFP



Source Article : Lire l’article complet

elit. venenatis commodo ante. Phasellus ultricies Aenean libero